Témoignages

¬ęMon engagement : Booster chacun vers le succ√®s¬Ľ

 
Interview de¬†Reina-Flor Okori Makendengue¬†, 10 titres de championne de France, un titre de championne d‚ÄôEurope √† l’√Ęge de 19 ans et 4 participations aux Jeux Olympiques en 100 m haies.
 
 

Comment a commencé votre histoire ?

 
Originaire de Guin√©e-√©quatoriale, je suis venue en France suivre ma m√®re. Elle avait obtenu une bourse d’√©tude en psychologie. Au cours de ma scolarit√©¬†j’ai eu la chance d’√™tre remarqu√©e par un enseignant qui m’a encourag√© vers la pratique de l‚Äôathl√©tisme de comp√©tition. Pendant 25 ans j’ai men√© un double projet sport et √©tude.
 
 

Quels en ont été les faits marquants ?

Le parcours du sport de haut niveau est difficile. Il y a beaucoup de partants, mais tr√®s peu d’√©lus, puisqu’√† chaque fois la r√®gle est la m√™me. Il n’y a que 3 places… les 3 niveaux de m√©dailles:

  • or
  • argent
  • et bronze.

 
Avec 10 titres de championne de France, un titre de championne d‚ÄôEurope √† l’√Ęge de 19 ans et 4 participations aux Jeux olympiques,¬†j’ai appris l’importance de la pr√©paration pour r√©ussir.

J’ai atteint certains de mes objectifs, mais aussi v√©cu la d√©ception de ne pas avoir eu les r√©sultats auxquels j’aspirais. Malgr√© les nombreux obstacles qui ont jalonn√© ma carri√®re, comme les blessures √† r√©p√©titions,¬†j’ai appris que le talent seul ne suffisait pas,¬†et que pour √™tre performant il faut une bonne pr√©paration physique et mentale.¬†L’engagement, la motivation et l‚Äôabn√©gation sont essentiels.

J’ai aussi d√©couvert le¬†d√©fi des femmes modernes celui de r√©ussir une carri√®re tout en assumant la maternit√©.¬†Revenir en pleine forme apr√®s la naissance de mon fils, avec une √©nergie positive pour √™tre performante aux JO de Rio, fut un grand d√©fi pour moi.

Pour r√©ussir,¬†nous avons tous besoin de bienveillance et d’encouragements.
 
 

Quelles sont vos convictions profondes aujourd’hui ?

 
J’ai compris √† quel point il est important de savoir¬†se focaliser sur ses forces, et d√©velopper un mental vers la performance¬†tout en √©tant bienveillant avec soi-m√™me.

Ensuite¬†nous avons besoin de¬†pr√©paration, d’entrainement et d‚Äôencouragement¬†pour d√©velopper et maximiser nos talents.
 
 

Quel est votre objectif aujourd’hui ?

 
Mon objectif est d’accompagner, encourager les personnes qui veulent d√©velopper, booster leur carri√®re et aller vers la performance en m’appuyant sur ce que m’a appris ma carri√®re sportive internationale.

Je suis convaincue que ma vocation est d’aider les jeunes en particulier √† atteindre leur objectifs pour r√©aliser leurs objectifs professionnels en particulier quand ils sont difficiles √† atteindre comme par exemple si vous voulez rentrer chez Google dans la Silicon Valley quand il y a deux millions de candidatures par an. Ce challenge l√† c’est comme pour un sportif vouloir participer aux JO.
 
 

Pourriez vous expliquer notre projet commun ?

 
Avec le programme EasyPass International et le programme CFP Talent nous accompagnons des jeunes et des dirigeants pour atteindre leurs objectifs professionnels √† partir d’une m√©thode rigoureuse, et un suivi qui les aident √† valoriser leur talents.

  • A comp√©tences √©gales,
  • A performances √©gales,
  • On vous choisira √† cause de ce que vous inspirez.

 
Au fond notre r√īle est d’aider chacun √† r√©v√©ler ce qu’il a d’unique et sublime , qui va lui permettre de convaincre les personnes avec qui il cherche √† travailler de le choisir¬†.
 
Interview réalisée par Pascal Faucon, Responsable du programme CFP TALENT
 

Quelques articles de Reina-Flor Okori Makendengue à découvrir:

,

¬ęDonner √† chaque entreprise le pouvoir de s√©duire ses prospects¬Ľ

 
Interview de Nicolas Wallyn , Fondateur et Dirigeant, de  NOMMART, Cabinet Conseil en nommage (création de noms et de marques).
 
 

Comment a commencé votre histoire ?

 
Mon cursus a longtemps √©t√© double, cumulant la formation et l’exp√©rience¬†marketing-publicit√©, et l’engagement dans le¬†cin√©ma.¬†J’ai longtemps oscill√© entre les deux univers. D’une part, j’ai dirig√© des grands comptes internationaux dans le d√©ploiement de leur communication, en France, en Europe, voire dans le monde (Essilor, Honda, le groupe Castel ou des marques du groupe L’Or√©al). Et d’autre part, j’ai dirig√© des projets audiovisuels, oeuvrant r√©guli√®rement comme r√©alisateur ou assistant-r√©alisateur sur des fictions cin√©ma ou TV. J’avoue qu’√† un moment, j’ai h√©sit√© entre les deux parcours, c’√©tait parfois un casse-t√™te parce qu’il y avait une excitation dans les deux cas !
 
 

Quels en ont été les faits marquants ?

 
J’ai fini par me rendre compte avec bonheur que mes comp√©tences se retrouvaient dans mes deux passions, communication ou cin√©ma :¬†raconter des histoires, les rendre d√©sirables, et provoquer une √©motion aupr√®s du public. Avec mon √©quipe, j’ai ainsi cr√©√© des concepts de communication qui permettaient d’exprimer un positionnement percutant chez certains annonceurs, et j’ai √©crit et/ou dirig√© des films qui touchaient les spectateurs au coeur. J’ai r√©alis√© qu’un bon pitch de sc√©nario et un bon concept publicitaire √©taient issus du m√™me principe universel de ¬ęconcept central¬Ľ, qu’il faut d√©gager avec pr√©cision pour b√Ętir une histoire forte. Cela m’a amen√© √† sp√©cialiser mon action aupr√®s des entreprises en cr√©ant NOMMART :¬†trouver l’√©pure, l’ADN de l’offre, l’exprimer de fa√ßon tranchante via le positionnement, le nom, la signature ou ensuite, l’histoire de l’entreprise ou du produit.
 
 

Quelle est la vision du monde qui vous anime aujourd’hui ?

 
Ma conviction est qu’il faut toujours¬†faire confiance √† la cr√©ativit√© marketing et humaine, qu’il faut la soutenir face √† la r√©alit√© st√©rile des courbes financi√®res pass√©es. Et je suis ravi de voir que c’est ce qui se passe dans les diff√©rentes p√©pini√®res et incubateurs aujourd’hui. Je m’inqui√©tais il y a quelques ann√©es en voyant l’approche financi√®re st√©riliser largement la vision cr√©ative du marketing. Cela reste toujours vrai aujourd’hui dans certains secteurs comme le cin√©ma (les fictions se limitent trop souvent √† des adaptations, remakes, n-i√®mes opus de licences ¬ęessor√©es¬Ľ car la rentabilit√© d’une recette √©prouv√©e semble √™tre l’unique crit√®re d’entreprise des studios), mais je constate un mouvement inverse dans nos start-up et autres cr√©ations d’entreprises. Cela me r√©jouit car cela veut dire que l’on fait toujours confiance √† l’innovation comme relais de croissance. A titre personnel, j’en suis heureux car cela veut dire qu’il y a toujours de nouvelles histoires √† raconter et √† valoriser aupr√®s du public. La finance regarde trop dans le r√©troviseur pour se rassurer sur le futur, alors que le marketing essaie de voir au-del√† de l’horizon.
 
 

Quel est votre rêve ?

 
Je rencontre beaucoup d’√©quipes avec des projets formidables. Mon travail, qu’il soit en cr√©ation de nom, ou dans la cr√©ation d’un pitch-deck ou d’une plateforme de marque, est d’aider les entrepreneurs √† y voir clair. Les id√©es sont parfois l√†, mais dans un bouillonnement cr√©atif qui les rend difficile d’acc√®s pour le public (et m√™me les partenaires financiers). Avec mon √©quipe, nous travaillons sur la clarification de l’offre, et parfois m√™me, sur la modification de celle-ci ! Oui, il nous arrive parfois de convaincre un entrepreneur de simplifier son produit, ou de le rendre plus app√©tant par l’adjonction de possibilit√©s, par une plus forte humanisation (exemple : une meilleurs sc√©nario de chatbot), ou par de la gamification. Dans tous les cas,¬†ma passion est d’apporter de l’√©motion √† ces projets, parce que c’est l’une des facettes qui passionne le plus les publics, clients finaux ou partenaires. Si vous me racontez une histoire qui me fait vibrer le coeur, j’ai envie de vous √©couter !
 
 

Pourriez vous expliquer avec vos mots ce que nous avons fait ensemble ?

 
Dans un sch√©ma classique, j’avais le savoir-faire, mais m√™me en tant qu’ancien publicitaire, je n’avais pas la bonne approche de faire-savoir en r√©seau ! CFP Talent m’a permis

  • de prendre la parole de fa√ßon diff√©rente sur les r√©seaux, et notamment LinkedIn.
  • de¬†partager mon approche et mon savoir avec des publications ouvertes qui aident la communaut√©.
  • de prendre contact avec des dirigeants pour √©changer de fa√ßon fructueuse
  • de mieux faire conna√ģtre mon offre.
  • et de mani√®re g√©n√©rale, d’avoir une approche d√©complex√©e et claire des r√©seaux sociaux.

 
 

Qu’auriez vous √† dire √† nos communaut√©s respectives ?

 
Je tire un ressenti tr√®s positif du partage de savoir sur LinkedIn. C’est une fa√ßon de transmettre qui est gratifiante, qui aide la communaut√©, et qui participe √† ce principe qu‘en donnant, on peut √©ventuellement recevoir. Et c’est ce qui se passe dans mon cas. Je publie des analyses marketing qui peuvent apporter une r√©flexion chez certains dirigeants, c’est un peu comme enseigner. Il m’arrive d’√™tre consult√© sur certaines probl√©matiques de marques. Bref, LinkedIn a beau √™tre un r√©seau √©lectronique, il est finalement tr√®s humain.
 
Interview réalisée par Pascal Faucon, Responsable du programme CFP TALENT

,

¬ęFaire rencontrer des Hommes pour construire ensemble un avenir commun¬Ľ

 
Interview de¬†St√©phanie Vignon, Fondatrice et Dirigeante, de EUPHUIA Conseil, Cabinet de recrutement et de conseil RH sp√©cialis√© dans l’industrie et le Commerce B to B.
 
 

Comment a commencé votre histoire ?

 
Apr√®s de nombreuses ann√©es en entreprises tout d’abord en qualit√© de DRH puis de Directrice g√©n√©rale, j’ai souhait√© entreprendre sur mes comp√©tences clefs, mes experiences professionnelles et ma passion des enjeux humains.¬†Je suis convaincue que la performance¬†de l’entreprise est bas√©e notamment sur la capacit√© √† mettre en lien les talents des uns avec les autres. EUPHUIA CONSEIL intervient exclusivement en s’appuyant sur les experiences d’anciens dirigeants pour l’am√©lioration des performances par le recrutement et l’accompagnement des managers.
 
 

Quels en ont été les faits marquants ?

 
L’aventure EUPHUIA ne pouvait pas approcher ses clients comme lorsque l’on vend un produit, du mobilier de bureau.¬†L’Homme n’est pas un produit. C’est une richesse¬†et j’ai cherch√© √† m’entourer de comp√©tences en social branding permettant d’entrer en contact avec des chefs d’entreprise, des dirigeants, des DRH, d’interlocuteurs op√©rationnels pour g√©rer leurs recrutements et am√©liorer les qualit√©s manag√©riales de leurs collaborateurs.
 
 

Vos convictions en lien avec votre projet ?

 
Dans un monde o√Ļ tout change tr√®s vite,¬†donner envie √† des Hommes et des Femmes de rejoindre l’entreprise et d‚Äôy rester, de contribuer √† son d√©veloppement est essentiel. La r√©ussite se fonde sur la mani√®re dont nous interagissons avec les autres. Un manager qui sait comprendre ses √©motions et la perception qu‚Äôen ont les autres est dot√© d‚Äôun outil puissant pour r√©ussir et contribuer activement √† l‚Äôhistoire collective de l‚Äôentreprise qu‚Äôil rejoint. Reste √† s‚Äôassurer que les valeurs de l‚Äôentreprise sont en ad√©quation avec les valeurs de ses collaborateurs.¬†Un bon recrutement n√©cessite une attention particuli√®re des valeurs de chacun.
 
 

Quel est votre projet et la valeur qu’il apporte √† votre communaut√© ?

 
Mon ambition est d’accompagner d’autres dirigeants, de partager leurs experiences, de bien comprendre leurs enjeux et de leur apporter une proposition de valeur personnalis√©e. Je ne crois pas aux solutions toutes faites, aux offres packag√©es.
 
 

Pourriez vous expliquer avec vos mots ce que nous avons fait ensemble ?

 
CFP TALENT m’a permis d’approcher Humainement les personnes que je souhaitais rencontrer pour travailler avec elles. Leur accompagnement chaque jour depuis plus d’un an maintenant a fait progresser EUPHUIA CONSEIL de mani√®re remarquable et me permet chaque jour de partager avec d’autres chefs d’entreprise dont la secr√©taire m’aurait barr√© la route en approche de prospection classique.¬†Les r√©seaux sociaux permettent avant tout de rencontrer l’Autre¬†si ils sont bien utilis√©s et de prendre plaisir dans des √©changes qui nous ouvrent √† d’autres regards, d’autres cultures.
 
 

Qu’auriez vous √† dire √† nos communaut√©s respectives ?

 
¬†Les r√©seaux sociaux : une porte ouverte √† la rencontre des autres et une formidable opportunit√© de briser les fronti√®res. Si vous n’avez pas acquis les comp√©tences au sein de votre entreprise , Faite vous accompagner par un professionnel qui vous aidera √† grandir dans cet inconnu qui fait un peu peur.
 
Interview réalisée par Pascal Faucon, Responsable du programme CFP TALENT

,

¬ęTransformer les organisations commerciales pour les rendre plus performantes¬Ľ

 
Interview de Laetitia Rudelle, Fondatrice et Dirigeante, de HOMINANCE, Cabinet Conseil en Performance Commerciale.
 
 

Comment a commencé votre histoire ?

 
Marketrice de formation, c’est tout naturellement que mes premiers postes m’ont amen√© √† d√©finir et mettre en oeuvre des strat√©gies marketing et √† animer des √©quipes d’experts h√©t√©roclites. Mais, d√©j√†, je n’envisageais pas ces jobs sans aller me frotter aux clients et aux √©quipes commerciales. Mes plans d’actions √©taient donc nourris par toute la connaissance que j’emmagasinais lors de mes tourn√©es et mes interviews clients. L’image du marketer dans sa tour d’ivoire : impensable pour moi !

Responsable Marketing et Communication¬†chez 3M, j’ai propos√© au Directeur de Division de monter un¬†programme commercial transverse complet, de la conception de l’offre en passant par les outils de communication et la formation d’une √©quipe commerciale d√©di√©e. On m’a alors propos√© un poste qui alliait la responsabilit√© marketing et commerciale d’un march√©.

Ma route était tracée : la dimension commerciale entrait officiellement dans mon univers.
 
 

Quels en ont été les faits marquants ?

 
Je pourrais dire que ce sont toutes ces expertises que j’ai d√©velopp√©es au fil du temps, ce savoir-faire indispensable √† la prise en main de chacun des m√©tiers que j’ai appris : marketer, compte-cl√©, directrice de business unit ou directrice g√©n√©rale. Mais en fait, non.

Ce qui m’a le plus marqu√© ce ne sont pas les succ√®s que j’ai rencontr√©s, ces indicateurs positifs dont je pouvais me f√©liciter √† l’√©poque, mais les aventures humaines v√©cues, ponctu√©e de joie mais parfois aussi de douleur, d’incompr√©hension et de t√Ętonnement.
 
 

Quelle est la vision du monde qui vous anime aujourd’hui ?

 
Manager est un m√©tier, cela s’apprend. Mais observer, √©couter, comprendre, donner et recevoir aussi. Ce savoir-√™tre, cette intelligence √©motionnelle telle qu’on la nomme aujourd’hui, est indispensable pour avancer et faire avancer.

Donner des outils, √©tablir des proc√©dures, d√©finir des processus … tout cela reste bien entendu essentiel pour √™tre performant. Mais¬†comprendre les individualit√©s, les leviers de motivation, les besoins et s’adapter √† chacun reste, de mon point de vue la cl√© de voute d’une organisation efficace.
 
 

Quel est votre projet et la valeur qu’il apporte √† votre communaut√© ?

 
La valeur de mon projet est, qu’avant de penser solutions, je vais √† l’√©coute des besoins et des attentes des diff√©rents types de clients et, ce, √† chaque √©tape de leur parcours.

Que leurs interactions avec l’entreprise fournisseur soit indirectes (via les outils de communication, le r√©seau de distribution etc.) ou directes (via les commerciaux, les techniciens, le back office etc.), leurs besoins et attentes doivent √™tre au coeur des projets de transformation. Ce sont eux qui d√©termineront sur quels outils, quelle organisation, quelles comp√©tences … l’entreprise devra investir et dans quel ordre.

J’ai trop vu des soci√©t√©s me dire : ¬Ľje ne comprends pas, j’ai form√© mes √©quipes et rien n’a chang√©¬Ľ ou ¬Ľj’ai mis en place cet outil mais personne de l’utilise¬Ľ. Si, en amont, les besoins clients avaient √©t√© clairement identifi√©s, les moyens mis √† disposition (et ceux qui ne l’√©taient pas) des collaborateurs pour r√©pondre √† ces besoins avaient √©t√© list√©s, expliqu√©s et adapt√©s si n√©cessaire, alors les solutions mises en place n’auraient peut-√™tre pas √©t√© celles choisies initialement.
 
 

Pourriez vous expliquer avec vos mots ce que nous avons fait ensemble ?

 
CFP Talent m’accompagne sur 2 points cl√©s :

  • partager de mani√®re intelligente mes convictions et ma vision de la Performance Commerciale sur LinkedIn.
  • g√©n√©rer des √©changes autour des sujets qui m’animent avec des acteurs du march√©, qu’ils soient des pairs ou des Managers, Chef d’entreprise, Directeur de Business Units …, qui se questionnent sur la meilleure fa√ßon d’atteindre l’excellence commerciale.

De mani√®re plus g√©n√©rale, CFP Talent me permet d’√™tre apporteur de valeur de mani√®re r√©guli√®re aupr√®s d’une communaut√© dont le besoin est d’√™tre plus performante commercialement parlant.

Je dirais donc que CFP Talent contribue √† r√©futer l’adage que ¬Ľles cordonniers sont les plus mal chauss√©s¬Ľ.
 
 

Qu’auriez vous √† dire √† nos communaut√©s respectives ?

 
Qu’apr√®s avoir fait appel √† Hominance pour comprendre, analyser et mettre en oeuvre les cl√©s pour atteindre l’excellence commerciale il est probable qu’un des outils que je recommande soit pr√©cis√©ment LinkedIn. Cet outil, selon le march√© et votre typologie de client√®le, peut¬†contribuer √† se positionner non plus en tant que fournisseur mais bien en tant qu’apporteur de valeur aupr√®s de ses clients.

Mais ne sautons pas trop vite sur les solutions.¬†Chacun doit avant tout¬†comprendre et mod√©liser les interactions clients avec sa soci√©t√© et permettre √† chacun de ses collaborateurs d’√™tre acteur de sa strat√©gie.
 
Interview réalisée par Pascal Faucon, Responsable du programme CFP TALENT

,

¬ęPersonal Marketing and Career Management¬Ľ

 
Ying QI Feedback
Ancien étudiant du CNAM en France
www.linkedin.com/in/ying-qi/
 
 
Last week, I had a chat with a senior civil-servant in the North of China.¬†She works in a provincial government and monitors around 400 local companies.¬†As she is going to take her retirement, she begins to worry about what she could do after.¬†As she joked, ‚Äú I help my colleagues to get different kinds of certifications to make them titled specialists or professors. When they get retired, they could be invited to work for companies as they are expert certified, but what could I do? Management is not certified here.‚ÄĚ

To some extent, it makes sense as I don’t see a Blackbelt Certification or Six Sigma Certification for managers!

People might say that, ‚Äú you are going to be retired and then what you should consider about is how to enjoy your retirement life, not how to continue to work.‚ÄĚ But do you think to be retired at 55 with good health condition and abundant social resources is a waste?

It is clear that she has the same career development puzzle at her 50s as the current youth. People at her age have the same problem as, between 1949-1995, the Chinese government used to place them into different governmental positions when they graduated from an university or terminated their military service.
 
 

How to avoid the problem to come again for the current youth ?

 
At the age of internet, information passes more effective online than mouth-to-mouth. It would be a good initiative to keep on doing a Personal Marketing online for a lifelong time.
 

How to effectively present oneself online? 

 
This reminds me of the Career Development Program of Doc.Pascal FAUCON. Based on the structure of Linkedin, Prof. FAUCON explains the following 7 aspects of Career Development:

  1. How to take a personal photo for professional use ?
  2. How to present yourself?
  3. How to express your professional experience? 
  4. How to review your educational background? 
  5. How to create connections?
  6. How to make a link between your contact and your professional motivation? 
  7. How to write to your contact for professional development purpose? 

 
All of the 7 aspects seem to be easy to understand, but we do make different kinds of mistakes here.

Prof. FAUCON’s program is just a sample, but his initiative on Career Development and Personal Marketing is avant-garde. Chinese economy has transformed from a Planned Economy to a Free Market, so is the HR reservoir here. How to make people know you and to trust your professional skills, it is about Personal Marketing and Career Development. 

At the age of retirement, if there were jobs coming to you without requiring‚ÄĚ 8H per day and 5 days per week‚ÄĚ, it would be interesting, isn‚Äôt it ? It is always a blessing that our knowledge and experience could be shared and create value for each other.
 

A reflection about Career Management after a discussion with Mme.WEN of her after-retirement plan.

,